Des nouvelles du projet "Covid 19 - Entre les lignes"

Bien sûr, ce projet, porté par 40 co-auteurs sous la forme d'échanges épistolaires, dresse un constat souvent très personnel, entre sidération et espoir, de la Covid crise sanitaire que nous venons de collectivement traverser.


Mais certains auteurs sont allés plus loin et ont imaginé l'après, s'il devait y en avoir un... Un peu glaçant mais il est évident que la pandémie a accéléré la prise de conscience de l'urgence écologique. Au fond, le coronavirus a fait brûler la maison autrement. Dans quelle direction avons et allons-nous regarder ?...


En tout cas, extrait "imaginaire" :




Rapport du 6 avril 2030

6 ans, 6 mois et 6 jours après le début de l’extinction

Copies de mails du colonel Harry Chêne du 13ème BCA de Bourges


3 avril 2030 – Bonjour Marraine. Je ne sais même plus si mes mails te parviennent encore. Le réchauffement des océans a eu raison de tous les câbles qui parcouraient les fonds et, en l’air, rares sont les satellites qui fonctionnent encore : panneaux fondus par le soleil ! La terre est désormais prisonnière d’un véritable grille-pain géant et le fabricant n’a pas prévu de bouton « arrêt d’urgence ». Tu sais, celui avec lequel j’adorais jouer sur ton vieux Seb ? Même que ça t’énervait parce qu’avoir des tartines bien grillées, ça prenait un quart d’heure. Moi j’aimais bien le bruit que ça faisait, ce clong quand je pressais le bouton, et j’aimais bien voir quelques miettes voler quand les tartines bondissaient. Parfois, l’une sautait plus haut puis retombait sur la table en faisant scritch. J’étais heureux car j’imaginais qu’il s’agissait d’un petit enfant à la peau déjà brunie qui venait d’échapper à l’ogre. Mais nous, on est bel et bien en train de se faire dévorer…


Bien sûr, je ne t’en veux pas de ne pas me répondre. Te voici enfermée dans le même établissement que celui où tu as dû placer ta mère il y a sept ans, et je trouve ça terrible. Mais je n’ai rien pu faire, j’étais trop loin, trop occupé à surveiller nos frontières sur Maginot 2, et tu connais notre famille… En tout cas, je crois savoir que les EHPADGB canadiens — je n’ai jamais compris pourquoi il avait été soudain décidé de mettre ensemble les Grands Brûlés et les Personnes Âgées Dépendantes… Parce que les vieux n’ont plus peur de rien ? Qu’ils ont eu leur part d’horreurs ? Ou parce qu’ils sont suffisamment sourds pour ne pas entendre les cris de souffrance des brûlés vif ?... Bref, chez vous, les EHPADGB sont mieux réfrigérés que ceux d’Europe. Forcément, vous êtes un des seuls pays au monde à avoir encore un semblant d’hiver; même l’Islande n’en a plus, depuis deux ou trois ans je crois. Et puis, vous, nos cousins, vous avez creusé plus profond…


C’est drôle ça non ? Depuis les débuts de l’humanité jusqu’à récemment, creuser, les profondeurs, c’était bon pour les feux de l’enfer. Et maintenant, on va y chercher le peu de fraîcheur qui reste. Et il y a le feu au paradis. Car oui, quand même, j’ai revu de vieilles photos récemment, notre terre, c’était un vrai paradis. J’espère que, malgré ta maladie, c’est de ces images-là dont tu souviens, les fleurs, les oiseaux, le vert à foison, tout ça…


Ah mince, il faut déjà que je te laisse. Il semblerait qu’un groupe d’infectés Z — oui, comme Zénéca — soit en approche. Je te salue de loin mais tendrement, de cœur à cœur. C’est tout ce qu’il nous reste.


Ton filleul Harry the Prince !

Posts récents

Voir tout