Pour la maison d'édition, il va finalement falloir attendre...

Dernière mise à jour : 17 sept.

Eh oui... Le jour où je me suis présenté, tout bien habillé, vraiment propre sur moi, pour signer la reprise de la maison d'édition avec laquelle j'étais en contact depuis des semaines et avais signé un protocole d'accord tout bien comme il faut, l'un des deux actionnaires de la chose — et de mes quatre voisins de palier itou — a voulu ses "sous sous" (je cite, sans mentir) avant de bien vouloir signer, et moi, pauvre de moi, j'avais besoin d'un acte de vente signé pour débloquer le prêt que j'avais obtenu. Toute discussion a été impossible — l'autre ne savait dire et penser que "sous sous, sous sous" — et c'est penaud et sans voix que j'ai retraversé notre palier commun. C'est fou comme parfois, ça peut paraître très long à traverser un palier... Mais que les cons, ça ose tout et que c'est même à ça qu'on les reconnaît, on le savait...


Et pour une fois, en guise d'extrait, je ne vais pas taper dans mes propres livres en cours ou à venir, mais partager une partie du sympathique mail que j'ai reçu de l'homme aux sous sous, peu de temps après ma traversée de palier en solitaire. J'espère que vous apprécierez (sachant que j'ai modifié certains noms, pour le fun...)


"Je constate avec regret que vous n’avez pas été en capacité de verser les fonds à la date du quinze août comme stipulé au protocole que vous nous avez fait signer le 25 juillet pour procéder à l’achat des éditions à vomir.

Vous avez semblé surpris qu’il faille payer ce jour alors même que c’est écrit noir sur blanc dans le protocole.


Par ailleurs, vous nous avez présenté une attestation bancaire qui ne répond pas aux préconisations du même protocole et ne peut être considérée comme justificative d’une clause suspensive.


Nous vous avons présenté de notre côté l’ensemble des documents que vous nous avez réclamé depuis deux mois et ceux attendus ce jour.

Pour notre part, les clauses suspensives ont été levées par voie d’assemblée générale accordant l’autorisation aux actionnaires, Mme Duconne et M. du Con, de vous céder leurs actions.


Étant établi que vous n’avez pas respecté votre part d’obligations et les conditions requises que vous nous avez imposées par ledit protocole, obligeant les parties, vous voudrez bien procéder au règlement des pénalités dues.


Vous prendrez en outre le soin, je vous prie, de détruire tous les documents afférents à cette négociation et devrez assurer la confidentialité des informations qui vous ont été transmises."

156 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout