En route pour le quartier pour mineurs du centre pénitentiaire de Longuenesse !

Mardi 26 juillet, 8h.


Thibaut et moi découvrons une prison qui ressemble à celles qu'on voit dans les films. L'accueil chaleureux des surveillants qui nous font entrer comme des deux animatrices culturelles qui nous accompagnent est inversement proportionnel à la froideur et à la tristesse des lieux; ici, tout se passe comme si l'acier des portes et le béton des murs étaient les seules matières qui existaient au monde...


A Quiévrechain, la salle où nous avons travaillé se trouvait dans un bâtiment à part de ceux des cellules; ici, elle est au milieu et le bureau des animatrices est d'ailleurs une ancienne cellule pour deux. Chacun des participants à l'atelier est "libéré" à son tour et arrive dans le salle d'atelier en solitaire, accompagné par le bruit des clés qui libèrent celui qui viendra après lui. C'est fou ce que ça peut faire comme bruit des clés qui ouvrent des portes d'acier creusées dans des murs-béton...


Vraiment, l'ambiance était dure à Longuenesse, malgré la bonne volonté de tous, participants à l'atelier en tête — uniquement des garçons. J'ai du mal à parler de ce qu'on a fait, même si ça a été vif et constructif. J'en parlerai demain...

98 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout